Solutions
Balade n°60 - L'autre traversée de Montmartre - solution

Balade n°60

(solution)

L’autre traversée de Montmartre

 

Départ métro Lamarck-Caulaincourt.

 

Il fut la voix de Radio-Londres. Célèbre pour ses sketches avec Francis Blanche et pour un certain os à moelle. Prenez sa rue..

Prenez la rue Pierre Dac, c’est-à-dire les escaliers. Pierre Dac fut la voix de Radio-Londres et l’un des premiers résistants à rejoindre le général de Gaulle. Il fut un humoriste plein de talent, créa un journal satirique, « l’Os à moelle », et joua des sketches inoubliables dont le fameux Sar Rabindranadath Duval avec Francis Blanche.

Traversez la rue Caulaincourt. Tournez à gauche devant l’immeuble aux bébés.

Tourner à gauche rue Lucien Gaulard. L’immeuble du n°2 est littéralement décoré de couples de bébés grassouillets, sculptés au 2è étage. 

Entrez dans le cimetière. Peut-être sonnée sans dérangement pour les voisins..

 Cloche sur la façade de la maison du gardien.

Dépassez Harry Baur, et tournez à droite au fond de l’allée.

Ce grand acteur des années 1930-1940 inoubliable intermrète de Jean Valjean dans une version des Misérables des années 30, connut une fin tragique. Torturé par la Gestapo national-socialiste, il ne survécut pas à ses blessures et décéda quelques mois plus tard, en 1943.

Fameux peintre Montmartrois. Sa dernière demeure est de la même couleur que la maison qui l’a rendu célèbre (difficile).

 La tombe de Maurice Utrillo se trouve en haut de l’allée, sur la gauche, juste avant l’escalier. Elle est rose, comme la Maison rose, le tableau qui l’a rendu célèbre..

Prenez l’allée pavée en face de la tombe du peintre, puis descendez la prochaine allée pavée sur la droite. Dirigez-vous ensuite vers la sortie. Avant de franchir la barrière, cherchez le caricaturiste discret (difficile).

La quatrième tombe avant la sortie est celle de Candido de Faria. Il est représenté (son visage plus précisément) sortant d’un mur, alors que sa muse pleure le disparu. 

En sortant du cimetière St Vincent, dirigez-vous vers le square. Cherchez l’homme à la brouette.

Dans le square Joël Le Tac se trouve la statue du caricaturiste suisse Steilen, qui vécut à Montmartre. Une fresque moulée dans le bronze représente différents personnages, dont un ouvrier qui pousse une brouette, sur la droite. 

Sortez du square à gauche face au 4 place Constantin Pécqueur. Prenez la rue du patron des vignerons.

Tourner à gauche rue St Vincent.

Prenez les escaliers. Peintre-poète (difficile).

En face, au n° 36, une plaque signale l’emplacement de l’atelier du peintre-poète Jean d’Esparbès.  

Auteur des « Croix de bois », après la Grande guerre..

Dans le petit square à droite, une plaque murale célèbre la mémoire de Roland Dorgelès, auteur des Croix de Bois, roman décrivant les horreurs de la guerre 14-18. Il vécut à Montmartre, et est enterré dans le cimetière St Vincent que vous venez de quitter.

C’est le peintre André Gil qui l’a réalisée (difficile).

L’enseigne, protégée par une plaque de verre sur la façade du Lapin Agile a été peinte par le caricaturiste Montmartrois André Gil. C’était « Le lapin à Gil », d’où le nom du cabaret a été tiré.

Continuez rue St Vincent. En voilà un qui lézarde (difficile).

Un faux lézard se prélasse près de la porte du 26 rue St Vincent.

Vin Montmartrois.

En face, au 24 rue St Vincent, une plaque sur la grille rappelle l’existence du Clos Montmartre.
Cette parcelle implantée en 1929 est constituée de trois quarts de gamay et d'un quart de pinot. Environ une tonne de raisin est produite chaque année.

Sur le même trottoir, à droite, vous pouvez voir une partie du maquis de Montmartre. Les espaces verts sont volontairement laissés à l’état sauvage.
Deux fleurs de lys.

Sur la façade du 12 rue St Vincent, une vieille enseigne illisible est encadrée, à chaque extrémité, d’une fleur de lys.

Auteur de la Symphonie fantastique.

Une plaque évoque Hector Berlioz, à l’angle des rues St Vincent et du Mont-Cenis. 

Vieille rue St Vincent (difficile).

Le nom de la rue est gravé dans le mur sous la plaque émaillée qui fait face au n°9 de la rue St Vincent.

Tournez à droite rue de la Bonne. Entrez dans le parc par les escaliers. Mini-amphi.

 La rue de la Bonne doit son nom à une antique fontaine, située à cet endroit. Les vertus de l’eau qu’elle dispensait aux habitants du village de Montmartre et de ceux de Clignancourt la firent surnommer la Bonne-eau, ou bien encore la Bonne-fée. Le petit amphithéâtre est sur votre gauche dans le square Marcel Bleustein-Blanchet.

Sortez à droite rue du Chevalier de la Barre. Terreur des dragons (difficile)

Une statue en bronze de St Michel terrassant le dragon se trouve sur le Sacré-Cœur, devant vous.

Rose mystique (très difficile).

Face au Carmel, cinq médaillons sont sculptés sur la façade du Sacré-Cœur. Sur le premier à gauche est écrit : Rosa Mistica. 

Tournez à gauche rue du Cardinal Guibert, puis à droite rue Azais. Bel endroit pour prendre des photos.
Il aurait dû se découvrir (difficile).

Dans le square, sur la gauche, statue du Chevalier de la Barre, exécuté en 1766, à 19 ans, pour avoir refusé de se découvrir devant une procession.

Tournez à droite rue St Eleuthère. On y expérimenta l’ancêtre du téléphone (difficile).

Une plaque, à droite devant l’église St Pierre de Montmartre, rappelle que c’est ici, au point le plus haut de Paris,  que le télégraphe Chappe fut expérimenté pour la première fois. 

Tournez à droite rue du Mont-Cenis. Vous avez vu sa dernière demeure tout à l’heure. Il venait souvent ici avec sa mère, Suzanne Valadon (difficile).

Maurice Utrillo et sa mère fréquentèrent le restaurant « Les Coulisses », situé à l’angle de la rue du Mont-Cenis et de la rue St Rustique. Une plaque en rappelle le souvenir.

Tournez à gauche rue St Rustique. Il servit de modèle à Van Gogh.

St Rustique et St Eleuthère étaient les deux compagnons de St Denis, martyrisés par les Romains pour avoir refusé d’abjurer leur foi chrétienne.
Van Gogh prit pour modèle le jardin du restaurant « La Bonne franquette »pour son célèbre tableau « La guinguette », qu’il peignit en 1886. L’origine du mot guinguette vient du nom du vin cultivé à Paris et dans toute l’Île de France, dès le Moyen-Âge. Aigrelet, mais facile à boire, il était appelé le guinguet. Les premiers établissements où l’on pouvait danser et boire ce vin à l’ombre de la tonnelle furent appelés tout naturellement les guinguettes.

Continuez rue Norvins. Maison de fous (difficile).

La Folie Sandrin se trouve au 22 bis rue Norvins. Coïncidence, le mot « folie » est aussi celui qui désigne une belle demeure de villégiature, où la noblesse aimait à se retirer, à l’abri des bruits et des inconvénients de la ville. L’air de la campagne et les bois de Montmartre (le maquis) y était plus sain. Mais cette maison fut habitée en 1820 par le docteur Blanche, le précurseur de l’étude de la folie. A l’époque, les malades mentaux étaient enfermés, car on ne savait pas les soigner. Il fut le premier à vraiment essayer de comprendre cette maladie multiformes, et à jeter les bases de la psychiatrie moderne. Parmi ses patients célèbres, le frère du mathématicien Arago, qui écrivit un livre dans lequel la lettre « e » était totalement absente. Gérard de Nerval fut également soigné ici. Il promenait un homard au bout d’une laisse dans les rues de Montmartre, et finit pendu à un réverbère, dans une petite rue disparue aujourd’hui, proche du Théâtre du Châtelet.

Repaire de tastevins.

La Commanderie du Clos Montmartre se trouve en face, au 9bis rue Norvins.

Allez voir San Antonio pour vous reposer.

Entrez dans le square Frédéric Dard, auteur de San Antonio.

Continuez la rue. Cherchez le passe-muraille.

En contrebas, sur la droite, Marcel Aymé, sculpté par Jean Marais, sort de la…muraille. Cette nouvelle raconte l’histoire de Garou-Garou, qui découvre un beau jour qu’il a le don de passer à travers les murs, jusqu’au jour où… Mais c’est une autre histoire.

Prenez l’impasse en face, et entrez dans le square à droite. Cherchez le saint sans tête.

Dans le square, sur la fontaine, se trouve la statue de St Denis, portant sa tête dans ses mains.
Il fut décapité par les Romains avec ses compagnons Eleuthère et Rustique, pour avoir refusé d’abjurer sa foi chrétienne. Selon la légende, il se releva, portant sa tête dans ses mains, et poursuivit sa route ainsi vers le nord de Paris, où il finit par s’écrouler, à l’emplacement de la future basilique de St Denis. Ces trois martyrs donnèrent le nom de Montmartre : Mons Martyrum en latin.

Sortez du square après le boulodrome, en évitant de piétiner la nef.

La nef des nautes, symbole de la ville de Paris figurant sur son blason, est représentée en mosaïque, devant les portillons de sortie.

En sortant, prenez à gauche. Ce bambino venait d’avoir dix-huit ans…

Un buste de Dalida, qui habita le quartier jusqu’à sa mort en 1985, se trouve sur la place…Dalida.

Cherchez la villa du Radet (difficile).

Sur la maison d’angle au 15 de la rue de l’Abreuvoir, au-dessus de la porte est gravé ce nom. Le Radet est le nom d’un des deux derniers moulins de Montmartre, visibles en redescendant la rue Lepic. L’autre est le Blute-Fin. Les moulins (qui furent jusqu’à 23 à Montmartre, avaient chacun leur nom. Quant à la rue de l’Abreuvoir, elle doit son nom à…l’abreuvoir du village, qui se trouvait dans l’arrondi devant la villa du Radet. Les troupeaux Montmartrois produisaient un lait fort apprécié des Parisiens jusqu’au 19è siècle.

Remontez la rue de l’Abreuvoir. Le plus grand maquis de Montmartre est sur votre droite. Maison impériale.

Au 4 de la rue de l’Abreuvoir se trouve la maison du Commandant Lachouque, grand historien de la Grande Armée, qui a décoré sa maison d’aigles impériales.

La maison et son peintre se sont rendus célèbres mutuellement.

La Maison rose, peinte par Maurice Utrillo, fut le tableau qui le rendit célèbre. Juste retour des choses, le café connut une notoriété mondiale grâce à l’œuvre du peintre.

Tournez à gauche rue des Saules.  1 puissance 5(difficile).

Le n°15 de la rue des Saules est insolite : un 1 énorme côtoie un 5 minuscule.

Les vignes de Montmartre sont en face. Elles sont vendangées chaque année en octobre. Le raisin est apporté à la Mairie du 18è arrondissement, dont la cave possède un…pressoir ! Tous les arrondissements de Paris sans exception contribuent à la fabrication du Clos Montmartre. Même les particuliers, possédant quelques pieds de vigne sur leur balcon ou leur terrasse participent à ce fameux breuvage.

Il faudrait savoir (difficile) !

Suite à une renumérotation de la rue, le n°11 est devenu le 19, et le 11 ter, le 23 !

Prenez la rue de cet écrivain qui aimait les bossus.

Tournez à droite rue Paul Féval, dont le roman le plus populaire fut « Le Bossu ».

Bouquets sans parfum.

L’immeuble du 15 de la rue Paul Féval possède des balcons en fer forgé qui représentent des bouquets.

Les 11 et 13 aux oubliettes !

Dans la rue Paul Féval, la numérotation passe du 9 ter au n°15.

Descendez les marches de la rue de l’Abbé Patureau, puis prenez la rue Lamarck à gauche.
Traversez la rue Caulaincourt, puis prenez la rue Lamarck à droite.
Fleurs de verre (difficile).

Levez la tête, et regardez les 3è et 4è étages du 68 rue Lamarck : les vitraux sont magnifiquement décorés de fleurs.


Vous êtes arrivé(s) au métro Lamatck-Caulaincourt.