L' Histoire en chansons
Le bon roi Dagobert

Parisenchansons
Auteur : INCONNU Année : vers 1750

 

LE BON ROI DAGOBERT

Analyse

Le Bon Roi Dagobert est une chanson parodique française datant de 1750.

Elle évoque deux personnages historiques : le roi mérovingien Dagobert Ier (vers 600–639) et son principal conseiller, saint Éloi (vers 588–660), évêque de Noyon.

lebonroidagobert1

Cette chanson serait inspirée d'un air de chasse beaucoup plus ancien, La Fanfare du grand cerf. Les couplets ont été écrits au fil du temps, certaines paroles datant de la période révolutionnaire et étant destinées à tourner la royauté en ridicule (le personnage moqué serait en réalité Louis XV, mais les paroles furent appliquées plus tard pour Louis XVI, puis à Napoléon III).

Durant la Révolution, les sans-culottes avaient beau jeu de détourner les paroles de cette chanson satirique. En effet, la culotte était portée par la noblesse et la bourgeoisie, le peuple portant des pantalons, d'où le nom de "sans-culottes".

Les couplets 3, 4 , 5 et d'autres encore font nettement allusion aux caisses vides du royaume.

Le couplet 8 rappelle que le roi Louis XVI était cocufié par Axel de Fersen, amant de la reine Marie-Antoinette (d'où l'allusion à la corne). De même que le couplet 19.

Le couplet 10 évoque Louis XVI, grand amateur de chasse, tout en le ridiculisant, puisqu'il fuit devant un lapin. De même que le couplet 11.

Les couplets 12 à 17 tournent également le monarque en dérision, en arguant de sa prétendue lâcheté.
Les couplets 20 à 24, enfin, parachèvent ce sombre tableau. Le roi y est présenté comme gourmand, alcoolique, bête comme un dindon et mauvais catholique.

lebonroidagobert2

Contrairement à une idée largement répandue, les rois de France, et Louis XVI en particulier n'étaient pas plus intolérants que leurs successeurs républicains. La seule présence de ces chansons satiriques, voire ordurières pour certaines, l'atteste.

Le poète Charles Péguy a ajouté de nombreux couplets et la chanteuse Colette Renard en a créé une version paillarde.

Les droits sont possédés par leurs auteurs respectifs.