L' Histoire en chansons
L'internationale

Parisenchansons
Auteur : POTTIER (paroles)
DEGEYTER (musique)
Année : 1888

 

L'INTERNATIONALE

Analyse

On a parfois refusé à Rouget de Lisle la paternité de "La Marseillaise" parce qu'il n'a eu, dans dans toute sa vie, que cette minute de génie.
Mais personne n'a jamais pensé à refuser celle de "L'internationale" à Pierre Degeyter, modeste employé à la compagnie Fives-Lille à qui le poème de Pottier fut confié, un jour, pour qu'il en mît quelques strophes en musique.

C'était en 1888. La Ligue des travailleurs, société chorale fondée par Delory, terminait sa répétition du samedi soir. Le lendemain, sur le modeste harmonium qu'il avait
à sa disposition, Degeyter improvisait les 30 mesures prestigieuses qui devaient fédérer les socialistes du monde entier.

linternationale1

Il faut avoir entendu Toscanini diriger "L'internationale" (dans la séquence ajoutée à l'"Hymne des Nations" de Verdi) pour saisir le chaleureux lyrisme de cette page
dont la première édition n'indiquait pas le nom du compositeur, par crainte de lui faire perdre son emploi.

 

À partir de 1904, L'Internationale, après avoir été utilisée pour le congrès d'Amsterdam de la IIe Internationale, devient l'hymne des travailleurs révolutionnaires qui veulent que le monde « change de base », le chant traditionnel le plus célèbre du mouvement ouvrier.

L'Internationale a été traduite dans de nombreuses langues. Traditionnellement, ceux qui la chantent lèvent le bras en fermant le poing.

linternationale2


Elle est chantée par les socialistes (au sens premier du terme), les anarchistes, les communistes mais aussi certains membres des partis dits socialistes ou sociaux-démocrates et bien sûr par des syndicats de gauche, ainsi que dans des manifestations populaires. Ce fut même l'hymne de ralliement de la révolte des étudiants et des travailleurs sur la place Tian'anmen en 1989.

L'Internationale fut l'hymne national de l'URSS (dans une version la plupart du temps expurgée du cinquième couplet) jusqu'en 1944.

Elle est toujours l'hymne de la majorité des organisations anarchistes, marxistes ou communistes.

Dans de nombreux pays d'Europe, ce chant a été illégal durant des années du fait de son image communiste et anarchiste et des idées révolutionnaires dont il faisait
l'apologie. Plus tard, certains groupes anarchistes ont utilisé plus volontiers l'adaptation intitulée L'Internationale noire.

Les droits sont possédés par leurs auteurs respectifs.