L' Histoire en chansons
Le petit chemin de fer

Parisenchansons

Auteur : SUZANNE PEYROU

(interprétation GERARD RINALDI)

Année : 1929

 

LE PETIT CHEMIN DE FER

Analyse

Cette chanson satirique de 1929 aurait tout aussi bien pu être écrite au milieu du siècle précédent. En effet, elle est tout à fait caractéristique de la méfiance des Français
de l'époque vis-à-vis de cette invention "diabolique", qui devait remplacer le cheval, seul moyen de locomotion terrestre depuis des milliers d'années.

Si la première ligne, en France, fut construite en 1827 (St Etienne-Lyon), le véritable essor du réseau eut lieu à partir des années 1840. C'est aussi l'époque de la construction des grandes gares parisiennes, points de départ des réseaux ferrés qui devaient irriguer la France durant tout le 19è siècle.

chemindefer1
 
La révolution industrielle qui démarrait alors était un puissant facteur de développement industriel et agricole. Les usines se multiplièrent, les marchandises, les animaux et les hommes furent transportés dix fois plus rapidement et en quantité beaucoup plus importante que vingt ans plus tôt.

Les villes s'agrandirent, et rapidement, s'enrichirent. Une nouvelle bourgeoisie commerçante et industrielle fit fortune.

Mais cette rapide transformation ne se fit pas de manière linéaire et suscita très tôt des craintes, des peurs et des réticences qui retardèrent l'implantation du chemin de fer
dans certaines régions.

Par exemple, certaines autorités scientifiques, affirmaient en 1830 que « Le voyage en chemin de fer à grande vitesse n'est pas possible car les passagers incapables de respirer mourraient par asphyxie. »

Le 8 mai 1842, à Meudon, eut lieu la première catastrophe ferroviaire en France.
Les premières locomotives à vapeur étaient bruyantes, et la mécanique s'avéra parfois défaillante. 

Ainsi, certaines villes de province refusèrent, dans un premier temps, d'être reliées à la capitale par le chemin de fer (Tours, Orléans, Roanne).

Le combat fut rude entre partisans et adversaires du chemin de fer.

Le pays de Cocagne qui est évoqué ici est celui de la région de Lavaur, petite ville du Tarn, à 40km de Toulouse, qui s'est enrichie grâce à la production de boules de cocagne, feuilles de pastel servant à fabriquer la célèbre teinture bleue.

C'est dans ce contexte et avec cet état d'esprit qu'il faut comprendre le sens ironique de cette chanson. Si l'on s'y moque gentiment de ce nouveau moyen de transport, c'est que ses débuts ne furent pas de tout repos.

chemindefer2

Les oiseaux sont perchés sur les fils télégraphiques qui bordent les voies ferrées, et les vaches, jusque-là si paisibles, bouchent les passages à niveau...en regardant passer les trains ! Tranches de vie bucoliques d'une campagne française effrayée, sans le dire ouvertement, par la modernité qui arrive à toute vapeur.

Mais les nuisances sont plus sérieuses, les retards sont fréquents et peuvent dépasser trois heures...

Enfin, si l'on évoque "un voyage aventureux", le train reste une distraction et a le mérite d'alimenter les conversations...et d'inspirer des chansons !

Tout est bien qui finit bien, puisque la fiabilité de nos trains modernes et leur ponctualité n'a plus rien à voir avec les désagréments qu'ont pu connaître les premiers voyageurs du 19è siècle... Ou presque.

Les droits sont possédés par leurs auteurs respectifs.