L' Histoire en chansons
Veillons au salut de l'empire

Parisenchansons
Auteur : BOY et DALAYRAC Année : 1791

 

VEILLONS AU SALUT DE L'EMPIRE

Analyse

Malgré son titre "napoléonien", et bien que Napoléon lui-même l'ait adopté, cet hymne célèbre a été composé en 1792, sur une romance de Dalayrac, extraite de "Renaud d'Ast" (Opéra Comique, 1787).


Les paroles furent écrites par Adrien-Simon Boy, chirurgien-chef de l’armée du Rhin.

 

veillonsausalutdelempire1

 

Le ton de l'ensemble ne laisse, du reste, aucun doute sur le moment de l'histoire auquel il se rapporte.

Le "conspirons la perte des rois" porte sa date. C'est "la croisade du peuple des tyrans" qu'on oppose alors à la croisade des rois contre la Révolution.

Comme on peut s’y attendre, le mot « empire » qui n’était là d’abord que pour la rime, dans le sens de « patrie » et, dans le sens général, de la « patrie de tous les hommes libres », était tout prêt pour s’écrire avec un e majuscule,
et le chant devenir un hymne officiel du Premier Empire.


Quand Napoléon eût institué l’Empire, le chant patriotique de Boy et Dalayrac, qui avait été un peu éclipsé par la Marseillaise, connut un regain de faveur, à cause de sa première strophe seulement, la seule qui convînt à la situation nouvelle.

 

veillonsausalutdelempire2

 

 

Car si les autres avaient été prises au pied de la lettre, le nouveau régime se serait écroulé presque aussitôt…


Note: remarquez, sur le drapeau, la cohabitation des fleurs de lys et du roi, symboles monarchiques, avec les symboles révolutionnaires Lliberté, la Loi, la Nation, ainsi que les trois couleurs. En 1791, Louis XVI n'était donc pas rejeté par la Révolution.

Les droits sont possédés par leurs auteurs respectifs.