Anecdotes
Anecdotes 5è arrondissement

05/0001 L'impasse la plus étroite de Paris

Au 4bis rue St Séverin, se trouve l'impasse la plus étroite de Paris. Sur le mur, on peut encore lire son ancien nom: "Cul de sac Sallembrière".

05/0002 Encore les révolutionnaires !

Sur la façade de l'église St Nicolas du Chardonnet (rue des Bernardins), il y a une plaque de marbre sur laquelle les mots "Comtesse" et "Roy" ont été effacés par les révolutionnaires.

05/0003 Un petit bout d'enceinte

Au 3 rue Clovis, on peut voir un petit bout de l'enceinte de Philippe Auguste. D'une épaisseur de 3 mètres environ, elle était hérissée de tours tous les 60 mètres.

05/0004 Attention danger !

Au 32 rue Lhomond, une barre de fer surmontée de crochets surplombe la rue. Elle servait de herse interdisant l'accès à un cimetière de pestiférés.

05/0005 D'où la rue Mouffetard tire t-elle son nom ?

C'était une ancienne voie gauloise, qui a gardé le même nom depuis le Moyen Age; les Romains en avaient fait la route de Lyon. Son nom vient des odeurs pestilentielles (mouffette en vieux français) dont elle était imprégnée. Par exemple, dès 1376, le Parlement ordonnait aux bouchers d'aller vider sur une friche de la Salpêtrière les intestins de leurs bêtes. Cette ordonnance, comme celles qui la suivirent, n'eut aucun effet sur les habitants du secteur, et ce coin romantique devint peu à peu un égout à ciel ouvert; Colbert lui-même en 1669, renouvela l'interdiction "Nul ne pourra jeter aucune ordure, immondice, chaux, noix vomique, coque du levant et autre drogue, à peine d'amende arbitraire".  Au n°12, enseigne d'un marchand de chocolat du 18è siècle "Au nègre joyeux"; au n° 69, enseigne en bois sculpté "Au vieux chêne"; au n°122, enseigne d'un marchand de vin "A la bonne source"; au n°134, superbe façade années 20 d'une charcuterie, où les trumeaux du premier étage représentent des tableaux campagnards mettant en scène des parents et leurs enfants au milieu d'une végétation luxuriante et d'oiseaux sauvages. Aux deux niveaux supérieurs, tout un bestiaire (oiseaux, biche, sanglier, cochon, cerf...) évolue dans un entrelacement de feuillages et de figures géométriques rehaussé de carrés de mosaïques dorées.

05/0006 Ma chandelle est morte...

Au 5 rue de Bièvre, une inscription subsiste: "Fabrique de chandelles"; au n°1, un crochet en fer en forme de queue de cochon, qui servait à accrocher les chevaux.

05/0007 Un pont particulier

Le Petit Pont, au nom inchangé depuis 20 siècles, fut longtemps le seul pont reliant la Cité au quartier latin, jusqu'au 14è siècle. Il sera chargé de maisons de 1186 jusqu'à un incendie en 1718. L'actuel pont date de 1853.

05/0008 Où l'on retrouve la trace de Rabelais

Au 1, Place de la Contrescarpe, se trouve le cabaret de la Pomme de Pin, vanté par Rabelais, qui y avait ses habitudes.

05/0009 Un trésor dans un mur

Au 53 de la rue Mouffetard, une ancienne bâtisse fut démolie en 1936; un ouvrier donna un coup de pioche heureux, car il libéra des "médailles" enveloppées dans du papier. C'étaient en réalité des pièces d'or à l'effigie de Louis XV. On en dénombra pas moins de 3351, le tout pour une valeur de 16 millions d'anciens francs. Cette fortune avait appartenu à un certain Louis Nivelle, écuyer, conseiller et secrétaire du roi, disparu mystérieusement en 1757. Sur un chiffon, il indiquait léguer son bien à sa fille Anne-Louise Nivelle. Les ayants-droit furent retrouvés par l'Etat, à la suite de longues recherches généalogiques, et le trésor leur fut remis à part égale avec l'inventeur (le découvreur) et le ...Trésor Public !